Thursday, 2 September 2010

JUAN KROHN CONDAMNÉ À PRISON EN BELGIQUE


Justice L'ancien prêtre radical espagnol écope de quatre mois de prison Fernandez Krohn avait bondi sur le Roi

BORLOO,JEAN-PIERRE

Samedi 25 mai 2002

Justice L'ancien prêtre radical espagnol écope de quatre mois de prison

Fernandez Krohn avait bondi sur le Roi

JEAN-PIERRE BORLOO

Il revient de loin Juan-Maria Fernandez Krohn. A Fatima, en mai 1982, il avait déjà tenté d'assassiner le pape Jean-Paul II. Après une condamnation au Portugal, il est ensuite venu en Belgique. Le 16 mai 2000, lors d'une visite du souverain espagnol, il a bondi sur le roi des Belges, Albert II. Poursuivi dans un premier temps pour attentat contre la vie et la personne du Roi, Fernandez Krohn a finalement été condamné pour rébellion.

Devant la 44e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles, le prévenu devait répondre de deux faits : le 12 février 1996, avoir lancé un cocktail Molotov contre la façade des indépendantistes basques de Herri Batasuna, à Etterbeek, et le 16 mai 2000, avoir frappé un officier de police et s'être rebellé à la place des Palais, à 20 mètres du Roi.

Pour les premiers faits, Juan-Maria Fernandez Krohn, né à Madrid en 1949, a expliqué au tribunal qu'il avait bien revendiqué cet attentat mais qu'il n'en était pas l'auteur. La présidente du tribunal, Véronique Leclercq, l'a cru.

Le prévenu, dont la personnalité est très particulière, a toujours assumé ses actes, explique le jugement. On peut concevoir qu'il ait profité de cet attentat pour se faire de la publicité personnelle en le revendiquant. Il y a dès lors doute sur la paternité des faits. Doute qui doit lui profiter, comme le veut l'usage.

Il se trompe de roi et envoie une lettre d'excuses

Par rapport aux faits plus récents, Fernandez Krohn a commis une énorme bévue. Il a escaladé une barrière et s'est dirigé en courant vers le Roi qui venait de sortir de son véhicule.

Maîtrisé par les policiers bruxellois, il a reconnu, par la suite, s'être... trompé de Roi. Et le jugement le confirme.

Il hurlait des paroles en espagnol, ce qui accrédite le fait qu'il pensait que c'était le souverain espagnol, explique le juge.

En le maîtrisant, un des policiers s'est blessé au genou. Le juge estime qu'il ne s'agit pas de coups portés à un agent, mais bien d'une rébellion. Le prévenu ne le conteste d'ailleurs absolument pas.

Ceci dit, le juge souligne que Juan-Maria Fernandez Krohn a fait craindre le pire à l'entourage du Roi et aux policiers. Et qu'il a manifesté peu de respect pour les forces de l'ordre. Il écope dès lors de 4 mois de prison et d'une amende de 495 euros.

Depuis les faits, estime le tribunal, Juan-Maria Fernandez Krohn a fait preuve d'amendement. Et il a émis des regrets dans une lettre qu'il a adressée au Roi.

Un policier, constitué partie civile, touchera aussi 271 euros et la Ville de Bruxelles, 881 euros.

http://alphapress.photoshelter.com/image/I00003P098rsqDvk

No comments:

Post a comment